Dans les couples où les conjoints sont de confessions différentes, la question de l’éducation religieuse des enfants est cruciale. Croyant/pas croyant, croyant mais de religions différentes, l’aventure peut-elle se révéler mission impossible ?

 

« Ma femme est musulmane et moi je suis chrétien. J’ai abandonné ma religion par amour, chose que ma famille a encore du mal à comprendre, mais je me suis converti pour notre mariage et nous élevons nos enfants dans la foi musulmane. C’était très important pour ma femme et je suis heureux que nous partagions cela ensemble », se confie André, 37 ans.

 

Son de cloche différent chez Ruth, maman de Victoria : « Notre fille a 4 ans et nous avons du mal à nous mettre d’accord quant à son éducation religieuse. Mon mari veut qu’elle aille dans une école catholique, moi non. Pour respecter les traditions de sa famille, j’ai accepté de la faire baptiser, mais je n’ai pas envie qu’elle soit marquée par une éducation catholique », souligne-t-elle, catégorique. Une réticence à l’égard de la foi qui attriste son mari Paul : Ruth est athée.

 

À l’exemple de Ruth et de Paul, beaucoup de couples se trouvent face à ce genre de situation une fois les enfants arrivés. Des décisions importantes à prendre lorsque les conjoints sont de cultures différentes. La flamme de l’amour peut parfois nous faire accepter certaines choses tout en espérant que notre conjoint(e) changera avec le temps ; pourtant, une fois mariés, la réalité nous rattrape et nous devons prendre des décisions.

CE QU’IL FAUT FAIRE

Avant le mariage, il est primordial de se mettre d’accord sur certains points importants pour le couple comme l’éducation des enfants, leur orientation religieuse et culturelle, les valeurs de votre famille (lien sur les valeurs familiales). Ce sont des questions capitales sur lesquelles il va falloir s’accorder dès le début de la relation ou pendant la période de fiançailles afin d’être sûre d’être sur la même longueur d’onde.

 

Cependant, si vous n’avez pas abordé ces questions et que le problème est déjà là, vous devez avoir une discussion franche avec votre partenaire, tout en ayant un esprit ouvert (voir le lien de l’article sur la communication non violente). Si vous avez choisi votre

 

conjoint (e) malgré vos différences, vous pouvez tout aussi bien être tolérant et vous entendre sur l’orientation de vos enfants.

 

S’il n’est pas obligatoire d’épouser la religion de son(sa) partenaire, il est nécessaire de faire preuve de curiosité et d’ouverture d’esprit. En effet, L’éducation multiculturelle des enfants n’est pas sans tumulte, il faut savoir faire des compromis de chaque côté et mettre la communication en priorité.